Plateforme pour les technologies d'installation, l'hvac, le sanitaire et l'électricité

NL | FR

Nouvelles

Décarbonons le bâtiment pour répondre à trois crises

Edora_Eric_2018-5349
Eric Monami, Conseiller Energie

22 avril 2022 Temps de lecture 6 minutes

Partager cet article

Le secteur du bâtiment peut nous aider à surmonter pas moins de trois crises majeures. Le dernier rapport du GIEC, paru il y a quelques jours, nous le rappelle une fois encore : il ne nous reste plus que quelques années pour réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre et éviter ainsi la multiplication des catastrophes climatiques comme celle que notre pays a connue l’été dernier. La hausse brutale des prix énergétiques ces derniers mois, due à la sortie de la crise sanitaire, grève lourdement le budget de nombreux ménages et entreprises et plonge un nombre croissant de familles dans la précarité. Enfin, la guerre en cours aux portes de l’Europe devrait nous inciter à nous affranchir encore plus vite de notre dépendance aux sources d’énergie fossiles et fissiles, dont la Russie tire l’essentiel de ses revenus.

Les secteurs résidentiel et tertiaire représentent à eux seuls environ 40% de nos consommations énergétiques finales. Ils sont donc un enjeu clef de notre transition vers un système énergétique décarboné, libéré du charbon, des produits pétroliers et du gaz naturel. Ils devraient en outre jouer un rôle déterminant dans l’électrification de la mobilité routière, via le déploiement d’un maximum de bornes de recharge chez les « prosumers » et dans les parkings d’entreprises générant elles aussi de plus en plus d’électricité verte.

Une telle transition est urgente, mais elle ne s’improvise pas. C’est parce qu’elle devra nécessairement s’étaler sur plusieurs années qu’il faut dès aujourd’hui faire les bons choix et cesser par exemple de promouvoir et d’investir dans des solutions carbonées, vouées à disparaître à plus ou moins brève échéance, à tout le moins dans ces secteurs.

En matière de chauffage et d’eau chaude sanitaire, tout d’abord, diverses alternatives aux combustibles fossiles existent, qui s’appuient effectivement bien davantage sur des ressources et des emplois locaux : chaleur de récupération, géothermie, aquathermie, riothermie, biométhane et bois-énergie – avec ou sans cogénération – solaire thermique, auxquelles s’ajoutent un nombre toujours plus important de pompes à chaleur. A l’exception de ces dernières, les sources de chaleur verte ne sont certes pas uniformément réparties sur l’ensemble du territoire. Et certaines requièrent des investissements de départ plus importants que les solutions fossiles les plus courantes. Elles sont néanmoins rentables, à moyen terme, et pourraient l’être encore davantage si les futurs grands chantiers régionaux de rénovation par quartiers incluaient plus souvent le déploiement de réseaux de chaleur et si les collectivités locales, les PME et les particuliers étaient incités de la même manière à co-investir dans des installations de chauffage communes, chaque fois que la densité des besoins en chaleur le justifie.

Tout comme l’électrification d’un nombre croissant de systèmes de chauffage, le développement des renouvelables et le déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques privés ou partagés ne devraient pas seulement profiter de l’envolée des prix des énergies importées, mais également des nouveaux cadres légaux et réglementaires récemment mis en place par les régions pour favoriser la production, le stockage et le partage d’électricité renouvelable au sein des immeubles tertiaires et résidentiels et des communautés d’énergie.   

A propos d’EDORA :

EDORA est la fédération des acteurs et entreprises actifs dans les énergies renouvelables et les produits et services facilitant la transition énergétique. EDORA vise à atteindre un système énergétique 100% renouvelable. Dans le but de répondre aux enjeux climatiques et dans une approche de développement durable, EDORA plaide pour un développement des énergies renouvelables accéléré, équilibré, intégré et de qualité. EDORA agit pour que les énergies renouvelables contribuent efficacement à l’indépendance énergétique et la prospérité socio-économique.

En savoir plus : www.edora.org

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Mathieu Noppe

Chef D’édition

Curieux des possibilités ? Je serais heureux de vous parler de nos packages de collaboration.

0%

    Envoie-nous un message

    Wij gebruiken cookies. Daarmee analyseren we het gebruik van de website en verbeteren we het gebruiksgemak.

    Details