Plateforme pour les technologies d'installation, l'hvac, le sanitaire et l'électricité

NL | FR

Projets

Des prouesses en matière de techniques spéciales et de stabilité

La quasi-totalité des techniques se trouve sur une partie de la toiture du bâtiment.

Texte | Michel Charlier

Photos | TPF Engineering

10 juin 2022 Temps de lecture 8 minutes

Partager cet article

Dans le nouveau bâtiment d’ING, le bureau TPF Engineering s’est vu confier la mission d’étude des techniques spéciales et de la ­stabilité. Deux domaines qui, dans un bâtiment tel que celui-là, se sont avérés très complexes et porteurs de nombreux défis, comme nous l’expliquent Stephan Bussing, CEO du bureau d’études et Nour Jelti, ingénieur chef de projets.

Au départ, le bâtiment souhaité par le maître d’ouvrage MC² était un immeuble de bureaux standard. La venue d’ING comme locataire a chamboulé les plans des architectes et des bureaux d’études. Ils ont dû ‘revoir leur copie’ afin de réaliser un bâtiment conforme aux descriptifs et aux critères spécifiques de la banque, devant accueillir notamment une densité de personnes plus importante. « Par le passé, nous concevions des bâtiments standard de ce type, non documentés », explique Stephan Bussing. « Une fois le bâtiment terminé et vendu ou loué, nous avions le temps d’y intégrer les modifications demandées par le maître d’ouvrage et/ou le client. Aujourd’hui, il est beaucoup plus rare de faire concevoir un bâtiment sans en connaître le futur utilisateur. Il était donc atypique de devoir intégrer un pareil challenge tout en respectant les délais de base. Nous avons dû adapter le projet alors que la construction du bâtiment avait débuté, avec des modifications parfois très importantes, notamment en matière de courants faibles ou de sécurisation. »

12 bornes de recharge électrique pour véhicules avaient été prévues dans la première conception. ING en a souhaité 100 et une quarantaine sont actuellement présentes.

Deux fois plus de techniques spéciales

Conséquence pour les techniques spéciales : leur volume et leur quantité ont doublé ! « Nous avons dû incorporer les modifications dans le programme, mais sans changer l’infrastructure de base, les trémies, les noyaux centraux… », se souvient Nour Jelti. « Nous sommes passés d’une puissance électrique de l’ordre de 1250 kVA à une puissance finale de presque 3200 kVA. Et l’infrastructure pour les groupes de pulsion et de froid a pratiquement doublé. Nous avons dû prévoir un désenfumage et un sprinklage sur la totalité du bâtiment. » Etant donné l’ouverture totale de l’immeuble, proposant un seul compartiment depuis le rez-de-chaussée jusqu’à la toiture, il a fallu rivaliser d’ingéniosité afin de trouver la place pour installer et faire passer toutes ces techniques. Cela explique que la majorité des équipements techniques se trouvent en toiture. 

Deux prouesses techniques réunies en une seule photo : la verrière et un des escaliers hélicoïdaux.

Défis de stabilité

En matière de stabilité, les ingénieurs de TPF Engineering ont également eu du pain sur la planche. Stephan Bussing évoque la prouesse réalisée pour les escaliers hélicoïdaux dont on ne voit pas la structure portante. Nour Jelti, quant à lui, pointe la verrière, à la portée imposante : « Tous les éléments ont été simulés, vérifiés et dimensionnés au point de vue de la résistance au feu puisque le désenfumage se fait au niveau de l’extraction de cette verrière. » Une verrière qui, malgré tout, comme le souligne Stephan Bussing, « est restée la plus fine et la plus élégante possible afin de garantir l’aspect esthétique de l’architecture. » Les panneaux photovoltaïques de type semi transparent sont intégrés dans le vitrage de cette verrière et sont disposés de façon à favoriser l’éclairage naturel.

La quantité et le volume des techniques spéciales ont été doublés entre le projet de base et la réalisation finale.

Les autres défis du projet

D’autres éléments ou événements ont compliqué la conception du bâtiment d’un point de vue des techniques. Citons la crise sanitaire, qui a rendu obligatoire l’installation d’équipements covid safe (filtres à air, robinets à infrarouge pour les sanitaires, éclairage à détection automatique à tous les niveaux…), la demande d’ING de disposer d’une cuisine industrielle et d’un restaurant d’entreprise (qui a impliqué l’intégration d’un système de ventilation spécifique) ou encore le fait de satisfaire aux exigences des pompiers, pas rassurés par ce bâtiment très peu compartimenté, via différentes mesures de compensation, telles que des alimentations secourues avec câbles RF et équipements ad hoc pour le désenfumage mécanique de l’entièreté du bâtiment.

On l’a vu au fil de cet article, les ingénieurs de TPF Engineering ont réussi à Louvain-la-Neuve une véritable prouesse, en arrivant de plus à tout boucler dans les temps impartis, afin que les 740 employés d’ING puissent s’installer confortablement dans leur nouvel environnement de travail.   

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Jonathan Huppez

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureux d'en parler avec vous.

0%

    Envoie-nous un message

    Wij gebruiken cookies. Daarmee analyseren we het gebruik van de website en verbeteren we het gebruiksgemak.

    Details