Plateforme pour les technologies d'installation, l'hvac, le sanitaire et l'électricité

NL | FR

HVAC

Les sept conditions essentielles pour un air intérieur sain

Healthy-Indoor-Air-Graphic_6k_210310
« Les émissions humaines et le biotope intérieur ne sont pas suffisamment étudiés, et donc sous-estimés. »

Texte | Filip Van der Elst

Photos | Belimo

27 avril 2022 Temps de lecture 11 minutes

Partager cet article

Pourquoi la qualité de l’air intérieur est-elle si importante pour notre santé et quel rôle les systèmes HVAC jouent-ils à cet égard ? Le spécialiste de l’HVAC Belimo met en évidence certains des paramètres-clés nécessaires pour le maintien à niveau de la qualité de l’air intérieur.

Walter Hugentobler, Docteur en médecine et spécialiste de l’hydratation de l’air, de la physique du bâtiment et de la ventilation, s’intéresse de près aux causes de la mauvaise qualité de l’air intérieur. « La recherche est souvent axée sur la combustion des combustibles fossiles, les produits dérivés du tabac, les matériaux de construction et le mobilier synthétiques, ou encore sur les produits de nettoyage et d’entretien. Les émissions humaines et le biotope intérieur ne sont pas suffisamment étudiés, et donc sous-estimés. Nous devons considérer notre environnement bâti comme un écosystème dans lequel les occupants, les microbes, les surfaces du bâtiment et l’air intérieur interagissent. C’est la seule solution pour espérer conserver les espaces intérieurs sains. Cela implique des systèmes de surveillance et de contrôle de la température, de l’humidité, de la pression atmosphérique, du CO, des COV et, dans un avenir proche, des aérosols infectieux. »

En gardant cette sagesse à l’esprit, Belimo dresse une liste de sept conditions essentielles pour un air intérieur sain, et les mesures que l’entreprise peut prendre pour les rencontrer.

Belimo propose une large gamme de capteurs pour pièces et conduits, pour une mesure précise de la température, de l’humidité (relative et absolue), de l’enthalpie, du point de rosée, du CO et des COV.

1. Mesure, affichage et surveillance continus et fiables de la qualité de l’air intérieur 

Seules les variables mesurées peuvent être contrôlées. C’est pourquoi il est nécessaire de disposer de capteurs pour mesurer l’humidité, la teneur en CO ou la concentration en COV. Sur la base de ces relevés, des mesures appropriées peuvent être prises, comme par exemple : la ventilation, la purification de l’air ou son humidification.

Belimo propose une large gamme de capteurs pour pièces et conduits, pour une mesure précise de la température, de l’humidité (relative et absolue), de l’enthalpie, du point de rosée, du CO et des COV. La gamme comprend des capteurs actifs et passifs. Les capteurs de conduits ont une conception robuste qui répond aux exigences de la norme NEMA 4X/IP65. En plus de leur précision, les capteurs Belimo ont un temps de réponse court et un faible taux de dérive qui assurent une stabilité à long terme.

2. Alimentation précise en air et extraction contrôlée de l’air contaminé

Les unités de ventilation centralisée fournissent généralement de l’air à différentes zones d’un bâtiment. Il est important que chaque pièce reçoive exactement la quantité d’air frais dont elle a besoin et que l’air vicié soit évacué de la pièce. Pour ce faire, les zones et les pièces doivent être alimentées individuellement par un débit volumétrique variable (VAV).

Belimo propose des régulateurs VAV qui peuvent être adaptés à des besoins spécifiques. Par exemple, le régulateur de débit volumétrique VAV-Compact, qui représente la solution économique pour les systèmes à débit variable et constant dans les immeubles de bureaux, les hôtels, les hôpitaux, etc. Cette unité réunit toutes les fonctionnalités nécessaires en un seul appareil.

3. Un schéma de circulation de l’air bien étudié

Un facteur important est la façon dont l’air fourni à une pièce y circule et en ressort ensuite. Idéalement, l’air frais doit circuler sans être dilué, de bas en haut, en passant devant une personne, puis être aspiré directement hors de la pièce. Il faut veiller à ce que l’air intérieur ne tourne pas plusieurs fois dans la pièce ou ne soit pas piégé dans certaines zones de la pièce.

4. Contrôle actif de la pression 

Les flux d’air indésirables qui pénètrent dans une zone depuis l’extérieur (comme une route très fréquentée) ou depuis d’autres zones (par exemple, une cafétéria) ont un impact négatif sur l’hygiène de l’air dans la pièce. Cela se produit généralement lorsque les rapports de pression d’air ne sont pas bien équilibrés. Pour éviter ces flux d’air indésirables, on peut installer des régulateurs VAV et des capteurs et régulateurs de pression.

Des éléments de régulation de haute qualité sur les batteries, tels que l’Energy Valve™ de Belimo, garantissent ici non seulement une grande précision mais aussi une économie d’énergie.

5. Contrôle correct de la température et de l’humidité

Dans un système de ventilation centralisée, les batteries de chauffage ou de refroidissement peuvent amener l’air soufflé dans l’unité de traitement d’air à la température souhaitée avec une relative précision. Des éléments de régulation de haute qualité sur les batteries, tels que l’Energy Valve™ de Belimo, garantissent ici non seulement une grande précision mais aussi une économie d’énergie. Outre la température, une humidification adéquate de l’air ambiant (40 à 60 % d’humidité relative) est également un facteur essentiel pour un air intérieur sain.

6. Une filtration efficace

Afin d’éviter que des agents contaminants ne pénètrent dans les espaces intérieurs par les conduits d’entrée d’air, des filtres doivent être incorporés dans l’unité de traitement de l’air. Dans les systèmes où une partie de l’air extrait est remélangée avec l’air entrant, des filtres appropriés doivent être utilisés pour éviter la contamination par les microbes. 

Les pressostats à air de Belimo sont un moyen économique et fiable de contrôler les filtres dans les systèmes à débit d’air constant. Dans les systèmes à volume d’air variable pour une ventilation contrôlée à la demande, la solution sera (plutôt) un capteur de pression d’air différentielle.

7. Quantité correcte d’air extérieur

De nombreux pays disposent de normes recommandées ou obligatoires pour la ventilation mécanique des bâtiments commerciaux et exigent un taux de renouvellement d’air minimum, en fonction du type de bâtiment et du nombre d’utilisateurs. Un système automatisé peut fournir davantage d’air extérieur lorsque les niveaux de pollution dus à la circulation et à l’industrie sont faibles et revenir aux vitesses de ventilation minimales requises lorsque les niveaux de pollution augmentent.   

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Jonathan Huppez

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureux d'en parler avec vous.

0%

Wij gebruiken cookies. Daarmee analyseren we het gebruik van de website en verbeteren we het gebruiksgemak.

Details