NLFR

Plateforme pour les technologies d'installation, l'hvac, le sanitaire et l'électricité
WANIT apporte « la » solution innovante : le SolarConnector couplé au chauffe-eau TWIN

WANIT apporte « la » solution innovante : le SolarConnector couplé au chauffe-eau TWIN

Panneaux photovoltaïques : rester rentable grâce à l’autoconsommation domestique

Lors du salon Solar XPO (24, 25 et 26 mai), le premier salon de Wallonie dédié aux solutions et aux innovations dans le secteur des énergies renouvelables, la start up belge WANIT démontrera que l’autoconsommation à 100 % de l’énergie solaire produite par les particuliers est l’option la plus vertueuse et la plus rentable.

Sans les mécanismes de subsidiation qui tendent à disparaître dans les trois Régions du pays[1] et sans une autoconsommation importante, voire totale, les installations photovoltaïques résidentielles s’avèrent de moins en moins rentables.

C’est en partant de ce constat que la startup bruxelloise WANIT a conçu et développé une solution « out of the box » consistant à stocker l’énergie produite par des particuliers grâce à leurs panneaux photovoltaïques dans de l’eau chaude sanitaire d’abord, l’excédent d’énergie pouvant être stocké dans une petite batterie. Ce système s’avère bien plus économique et rentable que les solutions de stockage traditionnelles parce qu’il favorise l’autoconsommation à 100 % grâce à son intelligence embarquée. Lors du dernier salon Batibouw, WANIT a décroché pour cette innovation le trophée Product Innovation décerné par le jury des Belgian Building Awards – une belle reconnaissance de la part de la filière de la construction.

Une rentabilité en chute libre

Le cœur de la solution WANIT est un contrôleur de charge et de chauffe (MPPT dans le jargon des professionnels du secteur), baptisé SolarConnector, et un chauffe-eau connecté (TWIN), qui communiquent entre eux afin d’optimiser l’autoconsommation de l’énergie solaire produite. Grâce à un nombre réduit de panneaux solaires (entre 2 et 6) et au caractère compact de l’installation, ce système s’adapte particulièrement bien au bâti ancien, souvent pointé du doigt comme étant une terrible « passoire énergétique ».

« Les installations photovoltaïques classiques sont très souvent surdimensionnées. La simultanéité entre la production et la consommation d’électricité est de l’ordre de 30 %, ce qui revient à dire qu’une part importante de l’énergie solaire domestique doit être réinjectée dans le réseau au lieu d’être rentabilisée directement par celui ou celle qui la produit », explique Christian Bayet, fondateur et CEO de WANIT. 

Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’au début 2024, l’ensemble des producteurs d’électricité a baissé le prix de rachat de l’énergie des installations photovoltaïques classiques (ou prosumers), qui tourne actuellement autour de 3 eurocents par kWh, soit près de dix fois moins que le prix d’achat de l’électricité pour les particuliers.

Entre 800 et 1 000 euros d’économies par an

La solution WANIT permet de consommer jusqu’à 100 % de l’énergie solaire produite : pour la production d’eau chaude sanitaire d’abord, pour une partie des besoins électriques domestiques ensuite, grâce à l’installation d’une batterie compacte (de 3 à 5kWh). Le gain estimé sur la facture d’énergie pour un ménage moyen est de l’ordre de 800 à 1 000 euros par an. Compte tenu du coût relativement limité de l’investissement[2], la durée d’amortissement de l’installation oscille entre cinq et six ans selon les configurations.

« WANIT fait la démonstration que la filière photovoltaïque reste rentable si l’on pense et agit différemment », affirme Claudio Bucella, en charge du Business Development. « C’est le message positif que nous souhaitons délivrer lors de l’assemblée générale de l’ASBL Beprosumer, qui se tiendra lors du salon Solar XPO, au WEX de Marche-en-Famenne. Il faut que les mentalités changent. Expliquez-moi pourquoi, en Région bruxelloise, notre système vertueux ne bénéficie d’aucun subside au motif que l’énergie photovoltaïque produite n’est pas réinjectée dans le réseau… alors que cette opération, je le rappelle, implique une charge en termes de renforcement du réseau de distribution, dont le consommateur final doit assumer le coût. C’est un non-sens économique ! »

Expansion et levée de fonds

Fin 2023, WANIT a levé des fonds auprès d’investisseurs proches (les traditionnels FFF pour Family, Friends & Fools), une première étape dans la collecte des capitaux nécessaires à son développement. Étoffant actuellement son réseau d’installateurs en Wallonie et à Bruxelles, l’entreprise projette également de se lancer sur le marché flamand au second semestre 2024.

WANIT a, par ailleurs, été lauréate du concours Innovation Starters Awards d’Innoviris, destiné au financement de la R&D au sein des startups technologiques bruxelloises. Grâce à cette aide, WANIT aura la possibilité de mener à bien sa recherche étalée sur trois années pour mettre au point son prochain produit, qui permettra de transformer une installation sanitaire existante en système d’autoconsommation renouvelable rentable, complétant ainsi la gamme des solutions déjà proposées.

[1] Le principe du compteur « qui tourne à l’envers », déjà supprimé en Flandre et à Bruxelles depuis 2021, l’est également en Wallonie depuis le 1er janvier 2024. Il n’y a donc plus nulle part en Belgique de prime de compensation du tarif prosumer. Les certificats verts ont, eux aussi, disparu, sauf en Région bruxelloise où ils s’échangent désormais au prix le plus bas en raison d’un déséquilibre entre l’offre et la demande d’électricité.

[2] Il faut compter environ 4 500 euros pour une installation standard avec deux panneaux photovoltaïques (compte non tenu de l’achat d’une batterie pour stocker le surplus).

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Wij gebruiken cookies. Daarmee analyseren we het gebruik van de website en verbeteren we het gebruiksgemak.

Details