Plateforme pour les technologies d'installation, l'hvac, le sanitaire et l'électricité

NL | FR

Nouvelles

Installations techniques : se positionner par rapport aux défis

Naamloos-2
Arnaud Deneyer, Chef de division Installations Intelligentes et Solutions Durables au CSTC

19 novembre 2021 Temps de lecture 5 minutes

Partager cet article

Dans notre pays, le secteur des installations techniques se compose, en majorité, d’entreprises de petite voire très petite taille : 75 % des entreprises emploient moins de 5 personnes. Ces entreprises, comme celles d’autres secteurs de la construction, font face à une multitude de défis technologiques, économiques et environnementaux. De par leur taille et leur structure, ces entreprises doivent impérativement se positionner par rapport à ces défis sous peine de se perdre. 

Ainsi, à l’heure où de plus en plus de systèmes sont connectés voire intelligents, il importe de développer la connaissance pour exploiter au mieux les données que tous ces systèmes collectionnent. Heureusement, il n’est pas nécessaire de comprendre toute la technologie du big data mais il faut pouvoir acquérir une connaissance de base pour maîtriser les logiciels de gestion de ces données. Ceci afin de développer la possibilité d’offrir des services supplémentaires comme des solutions de commissioning, de suivi d’exploitation, de maintenance prédictive et pourquoi pas des contrats performanciels.

Un autre challenge est celui de la spécialisation, qui peut se décliner jusqu’au silotage. S’aligner sur une gamme de produits permet d’exceller sur cette offre voire de se faire labelliser mais il faut toujours se questionner et faire attention à ne pas se faire enfermer dans un silo vertical qui, d’une part, empêche d’offrir une solution ouverte convenant au client et qui, d’autre part, limite l’extension des services et solutions proposés.

Le positionnement face aux nouveaux grands acteurs qui apparaissent sur le marché à destination des particuliers est aussi un défi. Ces acteurs, grands énergéticiens ou assureur, avancent des arguments qu’il est parfois difficile de contrer pour un petit installateur indépendant (disponibilité du call center, rapidité d’intervention, facilité de gestion/coordination, garantie qualité, possibilités de paiements différés, …). Est-il pertinent de s’inscrire dans ce type de filière de placement qui assure un volume d’activité mais qui supprime le lien direct à la clientèle ainsi que l’expertise de l’entreprise quant à la conception et au dimensionnement ?

En plus de ces questionnements, il faut rencontrer le défi environnemental. A terme, les énergies fossiles sont condamnées. Quelle solution énergétique proposer qui utilise les énergies renouvelables tout en restant financièrement abordable ? Comment concevoir et proposer une installation qui puisse s’adapter dans un futur plus ou moins proche à un autre vecteur énergétique ?

Ces challenges sous-tendent une évolution des métiers liés aux installations techniques. Ils ont de plus en plus tendance soit à s’hyperspécialiser soit à s’intégrer les uns aux autres. Les deux exemples qui illustrent ce propos sont celui de l’intégrateur mono-gamme et celui de la pompe à chaleur où l’on peut se demander qui l’installe. Est-ce l’électricien, le frigoriste ou le chauffagiste ?

Voilà autant de défis que l’installateur technique se doit de considérer et par rapport auxquels il doit se positionner afin de développer son activité future.    

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Jonathan Huppez

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureux d'en parler avec vous.

0%

    Envoie-nous un message

    Wij gebruiken cookies. Daarmee analyseren we het gebruik van de website en verbeteren we het gebruiksgemak.

    Details