Plateforme pour les technologies d'installation, l'hvac, le sanitaire et l'électricité

NL | FR

Nouvelles

Le biométhane en plein essor

Visiteurs-Foire-de-Libramont-2
Lors de la Foire agricole de Libramont 2022, le biométhane a fait l’objet d’une grande attention.

Texte | Filip Van der Elst

Photos | Foire de Libramont

5 octobre 2022 Temps de lecture 7 minutes

Partager cet article

Avec la hausse des prix de l’énergie et les défis climatiques croissants, l’intérêt pour les gaz « verts » ne cesse de croître. L’un d’eux est le biométhane, produit à partir de résidus agricoles valorisés en énergie circulaire. Cela s’est également vérifié lors de la Foire agricole de Libramont.

Valbiom, l’organisation wallonne qui promeut les applications innovantes de la biomasse, apporte son soutien à cette forme d’énergie verte. Bertrand Auquière de Valbiom explique : « Tout le monde est conscient que le contexte énergétique a beaucoup changé. Il est désormais beaucoup plus intéressant de produire du biogaz car le prix du gaz naturel a fortement augmenté ces derniers temps. Nous pensons qu’il existe également un soutien politique et un grand enthousiasme autour de la biométhanisation. Lorsqu’un agriculteur ou une entreprise se pose des questions sur le biométhane, ils font souvent appel à un service ou à un conseil indépendant. Nous allons étudier le dossier et aider l’entrepreneur à faire les bons choix. »

Lorsqu’un agriculteur ou une entreprise se pose des questions sur le biométhane, ils font souvent appel à un service ou à un conseil indépendant.

La Fédération des biométhaniseurs agricoles (FEBA), veille à ce que les connaissances technologiques et la réglementation disponibles soient mises à la disposition de toutes les parties intéressées. « Habituellement, un développeur de projet vient à la FEBA ou dans une organisation comme Valbiom pour étudier la faisabilité et comprendre comment cela fonctionne », explique Julien Pozza de la FEBA. « Ensuite, il visite les installations de nos membres pour voir concrètement dans quoi il s’engage. À ce moment-là, en tant que membre de notre fédération, il bénéficie du soutien de tous les membres pour élaborer son projet de la meilleure façon possible. C’est important, car il faut au moins un à deux ans pour qu’un tel projet soit réalisé. »

Premier tracteur à motorisation CNG

Les fabricants de véhicules agricoles réagissent aux évolutions récentes. On a pu le voir lors de la Foire agricole de Libramont. New Holland y a présenté le premier tracteur équipé d’un moteur GNC. Jan De Graef, de New Holland, explique : « New Holland est depuis longtemps à la recherche de solutions ciblées. Cela a même conduit à la mise au point d’un tracteur fonctionnant au biométhane. Nous proposons également des systèmes qui permettent aux clients de produire leur propre biométhane. Le bon choix, quand on sait que l’indépendance énergétique est cruciale aujourd’hui. »

New Holland a présenté le premier tracteur équipé d’un moteur GNC. (photo : New Holland)

Les collaborations locales sont essentielles à la réussite d’un projet de biométhanisation. Walvert est une PME qui aide les agriculteurs, les pouvoirs publics et les entreprises à étudier le potentiel et à élaborer des projets concrets. Jonathan Blondeel, de Walvert : « Nous souhaitons développer des projets de taille moyenne au niveau communal, et ainsi participer à la transition énergétique. Notre conseil : demandez de l’aide, n’hésitez pas à lancer votre projet de biométhanisation. Il y a beaucoup de place pour tout le monde. La biomasse est disponible en suffisance mais encore sous-utilisée. »    

Une étude pour cartographier le potentiel

Une récente étude du consortium Gas for Climate confirme le potentiel de la production de biométhane dans les États membres de l’UE. L’étude montre que l’UE-27 dispose de suffisamment de matières premières renouvelables pour atteindre l’objectif de REPowerEU pour 2030 (35 milliards de m3). Selon cette étude, jusqu’à 41 milliards de m3 de biométhane pourraient être disponibles d’ici 2030 et 151 milliards de m3 d’ici 2050. Ce chiffre est important car la consommation actuelle (2020) de gaz dans l’UE est de 400 milliards de m3 (dont 155 milliards de m3 importés de Russie).

Ainsi, le biométhane peut jouer un rôle important dans la réalisation de l’objectif de réduction des gaz à effet de serre de l’UE pour 2030 et dans l’atteinte d’émissions nettes nulles d’ici 2050. En outre, le biométhane peut accroître la sécurité énergétique de l’Europe en réduisant la dépendance à l’égard du gaz russe et peut atténuer partiellement la pression sur les coûts énergétiques pour les ménages et les entreprises. Pour y parvenir, il faudra réaliser d’importantes économies d’échelle à court et à long terme. 

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Mathieu Noppe

Chef D’édition

Curieux des possibilités ? Je serais heureux de vous parler de nos packages de collaboration.

0%

    Envoie-nous un message

    Wij gebruiken cookies. Daarmee analyseren we het gebruik van de website en verbeteren we het gebruiksgemak.

    Details