Tag Archives: Techlink

Photovoltaïque à Bruxelles et en Wallonie : à quoi doit-on s’attendre en 2022 ?

mariana-proenca-GXiHwHkIdVs-unsplash
Lees het gehele artikel

Les taux d’octroi de certificats verts pour le photovoltaïque, applicables à Bruxelles et en Wallonie depuis le 1er janvier 2022, sont officiellement publiés. En revanche, la situation en Wallonie reste encore confuse, en particulier pour les grands systèmes PV qui ont d’ailleurs connu une période de vide réglementaire pendant les 3 premières semaines de janvier 2022. Focus.

Bruxelles : Hausse du nombre de CV et taux d’octroi différent pour le BIPV

En Région de Bruxelles-Capitale, plusieurs adaptations importantes ont été implémentées.

La révision des coefficients multiplicateurs du nombre de Certificats Verts pour les systèmes PV a impacté à la hausse les taux d’octroi valables à partir du 1er  janvier 2022. Ceux-ci ont ainsi été relevés de 4% à 15% en fonction des catégories de puissance. Pour plus d’infos, nous vous renvoyons à l’arrêté ministériel du 14 octobre 2021 publié au Moniteur Belge, basée sur la proposition 28 de Brugel.  

Les systèmes photovoltaïques bruxellois intégrés au bâti (BIPV) bénéficient depuis le 1er décembre 2021 d’un régime d’octroi de CV distinct des installations PV standard. Le nombre de CV octroyés au BIPV est basé sur une formule définie dans l’article 17 de l’arrêté gouvernemental du 28 octobre 2021 (basé sur la proposition 27bis de Brugel). Les valeurs des coefficients multiplicateurs dépendent du type d’installation BIPV concernée : skylight, garde-corps PV, brise-soleil PV, façade ventilée PV, structure répétitive, toiture intégrale et tuiles solaires. Le temps de retour visé par ces mesures est de 7 ans. 

Pour rappel, la région bruxelloise a mis fin au principe de compensation partielle pour les prosumers depuis le 1er novembre 2021. En effet, depuis début 2020, la partie « coût de réseau » de la facture d’électricité n’était plus compensée pour les installations PV inférieures à 5kW. Dorénavant, la partie énergie (« commodity ») ne le sera plus non plus. Vous trouverez plus d’informations relatives à ces changements sur le site de Brugel : www.brugel.be.

Wallonie : Des clarifications tardives sur le cadre réglementaire 

Les valeurs des kEco PV wallons valables du 1er janvier au 30 juin 2022 ont été publiées en décembre dernier sur le site du SPW Energie  : 

Cela représente des baisses de 11 à 13% par rapport aux anciennes valeurs, ce qui s’explique par la variable de calcul relative aux futures augmentations du prix de l’électricité. Les variables relatives aux coûts d’investissement ont été volontairement gelées. Interrogés sur cette décision exceptionnelle, l’Administration et le cabinet du Ministre wallon expliquent que si on avait effectivement tenu compte des variables Capex historiques, les valeurs kEco auraient été encore plus faibles. 

Les modifications des modalités de révision du facteur de correction « rho », intervenant dans le calcul du taux d’octroi de CV, ont également été approuvées. Le coefficient « rho » est égal à 1 pendant les trois premières années de production. Il est ensuite revu annuellement. 

Le cadre réglementaire d’octroi de CV aux nouveaux systèmes de production d’énergie renouvelables devait normalement prendre fin le 31 décembre 2021. Cependant, en l’absence de confirmation d’une nouvelle méthodologie d’octroi, et après trois semaines de vide juridique du 1er au 19 janvier 2022, le gouvernement wallon a finalement voté la prolongation jusqu’à fin 2022 de l’ancien cadre réglementaire basé sur les kEco. Cette prolongation fixe ainsi une nouvelle deadline pour l’entrée en vigueur de la nouvelle méthodologie d’octroi de CV, basée sur le coût de production moyen actualisé (CPMA). Les détails de l’application de cette nouvelle méthodologie pour la filière PV sont en cours de consultation auprès du secteur. 

Ces incertitudes réglementaires autour du PV de grande puissance n’ont en pratique pas beaucoup d’impact sur le planning de réservation des CV pour la filière PV. Car en effet, la situation des enveloppes de certificats verts pour le PV reste inchangée : sur base de la dernière mise à jour de l’état des enveloppes de CV au 16 décembre 2021, les enveloppes sont mathématiquement saturées au moins jusqu’à fin 2023.

Concernant cette saturation des enveloppes, en dehors du processus standard des inter-filières annuelles, le cabinet du Ministre Henry ne propose pas encore de solution à court terme. Plusieurs fédérations sectorielles, dont Techlink, demandent en effet depuis plusieurs mois au cabinet du Ministre des pistes de solution pour désengorger à court terme ces enveloppes (dont par exemple la réactivation des CV réservés mais non-utilisés).

Le 12 janvier dernier, l’Administration wallonne en charge de l’aménagement du territoire publiait une circulaire du gouvernement encadrant les demandes de permis d’urbanisme pour les projets PV. Bien qu’elle ait le mérite d’apporter certaines clarifications sur les projets PV hors toiture, la ligne de conduite de la circulaire est cependant de privilégier l’installation intégrée dans le paysage, en limitant l’occupation du sol. Vous trouverez plus d’informations sur le site internet de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme en Wallonie. 

Pour rappel, c’est depuis le 1er janvier 2022 qu’est entrée en vigueur en Wallonie la contribution environnementale pour les panneaux photovoltaïques (2€ htva par panneau), obligeant les entreprises mettant pour la première fois sur le marché des panneaux photovoltaïques à en financer la collecte et le recyclage. Plus d’infos sur www.pvcycle.be.  

Enfin, concernant le PV résidentiel (< 10 kVA), un recours au Conseil d’Etat est toujours en cours contre le décret ‘prosumer’ adopté fin 2020 qui met fin au principe de compensation (c’est-à-dire au compteur qui tourne à l’envers) d’ici fin 2023 pour les nouvelles installations, et d’ici 2030 pour tous les systèmes PV < 10 kVA. Au moment d’écrire ces lignes, la décision du Conseil d’Etat n’est pas encore connue.

En tant que plus gros représentant des sociétés d’installations photovoltaïques sur les 3 régions, Techlink se désole de l’incertitude permanente qui continue d’entourer le cadre réglementaire et de soutien au PV en Wallonie. Les acteurs de la filière l’expriment de manière plus claire chaque année : la filière PV a plus besoin de stabilité réglementaire et de vision à long terme, que de soutiens publics à une rentabilité immédiate. Les mesures actuelles (et en l’occurrence l’absence de mesures claires) prises par les pouvoirs publics pour faciliter le déploiement du PV sur le territoire wallon vont à contre-courant du potentiel de la filière PV pour atteindre les objectifs de la Région dans le contexte du PNEC. Cette confusion ambiante retarde les progrès de la Région vers plus d’indépendance énergétique. À l’heure où les tarifs énergétiques connaissent une explosion inédite, ces tergiversations ne sont pas sans conséquence sur les factures d’électricité des citoyens et des entreprises wallonnes. 

Techlink était présent ces 19 & 20 janvier 2022 à Intersolution au Flanders Expo, le salon de référence dédié à l’énergie solaire au Benelux.

Le rôle de l’énergie photovoltaïque dans la transition énergétique est essentiel. Ainsi, Techlink enregistre une augmentation des systèmes de batterie, des outils de contrôle et une intégration étendue avec le secteur des véhicules électriques. Dans le contexte actuel, les panneaux solaires restent un bon investissement, tant sur le plan économique que social.   

Nouveauté : calculez votre gain avec un chauffe-eau thermodynamique

HPWB-Calculator-kopiëren
Lees het gehele artikel

Avec un chauffe-eau thermodynamique, vous économisez année après année du CO2 et de l’argent sur votre facture d’énergie. En outre, vous bénéficiez d’une prime d’énergie dans toutes les régions quand vous remplacez votre chauffe-eau existant par un chauffe-eau thermodynamique. Et pour ceux qui ont des panneaux solaires, un chauffe-eau thermodynamique est la solution idéale pour utiliser votre électricité autoproduite. Mais à combien s’élève précisément votre gain quand vous optez pour un chauffe-eau thermodynamique ? Vous pouvez désormais le calculer avec le nouvel outil de calcul d’Atlantic, le leader belge du marché dans les chauffe-eau thermodynamiques, sur www.atlantic-explorer.be ou www.dElectriciteSolaireaChaleurSolaire.be.

Plus de 40 % de l’eau que nous consommons est chauffée. À des fins sanitaires typiques telles que la douche, le bain ou le lavage, mais aussi dans la cuisine, pour la vaisselle ou la cuisson. Jusqu’à 15 % de notre facture énergétique sert à chauffer cette eau. Le choix d’un appareil adapté qui combine un confort optimal en matière d’eau chaude avec une consommation d’énergie la plus faible possible est donc un choix qui ne doit pas être pris à la légère.

Une pompe à chaleur thermodynamique chauffe votre eau sanitaire en retirant les 3/4 de l’énergie solaire nécessaire de l’air. Comme elle a besoin de moins d’électricité – que vous pouvez parfaitement produire avec des panneaux solaires (si vous en avez) – une pompe à chaleur thermodynamique est un choix très intelligent pour bénéficier de 100 % de confort d’eau chaude tout en consommant le moins possible d’énergie.

Un point positif pour l’environnement et votre porte-monnaie   

Comme l’appareil consomme jusqu’à 75 % d’énergie en moins qu’un chauffe-eau électrique classique, vous pouvez chauffer votre eau chaude sanitaire en dépensant trois fois moins. Si vous chauffez désormais votre eau sanitaire à l’électricité, vous pouvez, en fonction de la taille de votre famille et de votre profil de consommation, économiser jusqu’à 750 € par an. Et si vous chauffez actuellement votre eau sanitaire avec du gaz ou du mazout, vous économisez encore un peu plus. Et certainement, compte tenu des prix croissants de l’énergie.

D’autre part, vous rendez service à l’environnement et aux générations futures. Car un chauffe-eau thermodynamique rejette jusqu’à la moitié moins de CO2 qu’un chauffe-eau relié à une chaudière à gaz ou au fioul.

En outre, un chauffe-eau thermodynamique (contrairement à un chauffe-eau classique au gaz, au fioul ou à l’électricité) entre en ligne de compte dans toutes les régions pour une prime à l’énergie, ce qui rend l’investissement dans un chauffe-eau thermodynamique encore plus avantageux.

Particulièrement intéressant pour ceux qui ont des panneaux solaires

Vous avez des panneaux solaires photovoltaïques ? Alors les chauffe-eau thermodynamiques sont particulièrement intéressants. Maintenant que le système du compteur inversé a été supprimé en Flandre, les propriétaires de panneaux solaires ont tout intérêt à consommer eux-mêmes autant que possible l’énergie produite.

Mais le faire au moment où cette énergie est produite n’est pas chose facile quand vous travaillez la journée. Et les technologies intelligentes qui stockent l’électricité pendant les périodes de pic de production pour une consommation ultérieure, comme une batterie domestique, sont chères. En tant qu’entreprise soucieuse de l’environnement, Atlantic propose une autre excellente solution – et plus abordable : des chauffe-eau thermodynamiques smart grid ready qui fonctionnent comme des batteries thermiques.

Les chauffe-eau thermodynamiques smart grid ready vous permettent de coupler votre chauffe-eau thermodynamique à la production d’électricité de panneaux solaires photovoltaïques (panneaux PV). Un chauffe-eau thermodynamique smart grid ready fonctionne en plus aux moments où les panneaux solaires produisent le plus d’électricité. Dans ce cas, il convertit un maximum d’électricité solaire en chaleur solaire, qu’il va stocker, comme une batterie thermique, pour vous permettre d’utiliser cette chaleur par exemple pour un bain ou une douche quand vous le souhaitez, également aux moments où vos panneaux solaires ne peuvent fournir l’électricité solaire nécessaire à cet effet.

Pour savoir exactement comment fonctionnent les chauffe-eau thermodynamiques smart grid ready, visitez notre site web www.d’ÉlectricitéSolaireàChaleurSolaire.be qui est spécialement conçu pour les propriétaires de panneaux solaires. 

Calculez vous-même le gain de votre chauffe-eau thermodynamique

Souhaitez-vous calculer votre gain exact lorsque vous remplacerez votre chaudière à gaz, à l’électricité ou au fioul par un chauffe-eau thermodynamique ? Donc, la quantité d’argent et de CO2 que vous épargnez réellement, la prime à laquelle vous avez droit et le montant de la hausse de votre autoconsommation quand vous avez des panneaux solaires ?

C’est possible par l’outil de calcul du gain du chauffe-eau thermodynamique développé par Atlantic, le leader belge du marché du chauffe-eau thermodynamique. Vous trouverez l’outil de calcul sur www.atlantic-explorer.be > Calculez votre gain sur www.d’ÉlectricitéSolaireàChaleurSolaire.be > Découvrez votre gain de chauffe-eau thermodynamique.

La hausse des factures d’énergie incite les Belges à vouloir économiser l’énergie, même sans obligation de rénovation

Techink
Lees het gehele artikel

Une étude de Techlink identifie les obstacles et motivations des Belges pour la mise en place d’installations d’économie d’énergie

Aujourd’hui, à l’occasion de son Install Day, Techlink, la fédération professionnelle nationale des entreprises d’ingénierie et d’installation, appelle le gouvernement à collaborer plus étroitement avec le secteur pour atteindre les objectifs climatiques de la Belgique. Une étude* de Techlink montre que pour 1 Belge sur 2, le coût des installations ou des mesures d’économie d’énergie les empêche d’y avoir recours.

Malgré une sensibilisation croissante au climat, les Belges ne réfléchissent pas assez à leur consommation d’énergie

1 Belge sur 2 déclare que l’environnement et le climat l’incitent à installer des équipements ou des mesures d’économie d’énergie dans son logement. Toutefois, 43% des Belges déclarent ne pas ou peu réfléchir à la consommation d’énergie de leur logement. 82% disent même avoir des connaissances moyennes à très faibles sur les installations et mesures d’économie d’énergie, et pour 2 sur 5, le manque de connaissances est un obstacle à l’installation de telles mesures.

« Une grande partie de la population belge a trop peu de connaissances sur les installations et les mesures d’économie d’énergie. Le lien entre la consommation d’énergie, le climat et la facture énergétique doit être plus clair. Le secteur et le gouvernement doivent ici travailler ensemble pour faire prendre conscience aux gens des opportunités qu’apportent les installations d’économie d’énergie en termes d’environnement et de climat, ainsi que pour leur portefeuille », déclare Kris Van Dingenen, directeur général de Techlink.
Les personnes interrogées qui ont indiqué qu’elles utilisaient déjà des installations économiques en énergie ont pour la plupart une isolation (73%) et des appareils électroménagers plus efficaces tels que des appareils avec un label A, des éclairages LED, etc. Seuls 10 % disent disposer d’une pompe à chaleur et 8 % utilisent des systèmes de gestion de l’énergie (SGE) pour gérer au mieux et efficacement leur énergie. « De nombreux consommateurs ne savent pas qu’il s’agit d’une énorme opportunité de réduire leur facture d’énergie », déclare M. Van Dingenen. « Un SGE peut dresser une carte de la consommation et des coûts d’énergie d’une manière claire et bien organisée. Cela permet aux consommateurs de gérer leur consommation d’énergie de manière optimale. Le SGE répartit la consommation d’énergie, par exemple en n’allumant les appareils que lorsqu’il y a beaucoup d’énergie. De cette manière, le réseau électrique n’est jamais surchargé et vous bénéficiez du tarif le plus avantageux. » Récemment, Techlink, en collaboration avec la F.E.E., a lancé son étude LINK2030, qui décrit les tendances technologiques et sociales à l’origine de la transition énergétique et ayant un impact considérable sur le secteur des installations.

Le coût est le principal obstacle

Pour plus de la moitié des Belges (52%), le coût est un obstacle à l’utilisation d’installations ou de mesures d’économie d’énergie dans leur logement. « Nous devons être en mesure de répondre aux besoins des consommateurs, nos installateurs sont prêts à mettre en place des installations et des mesures d’économie d’énergie, mais le consommateur doit être en mesure de les payer. Le gouvernement, en collaboration avec le secteur, doit faire preuve d’imagination afin de stimuler et d’aider les gens à effectuer les rénovations énergétiques nécessaires. Cela doit aller bien au-delà des simples subventions, d’autres instruments fiscaux sont également nécessaires », explique Kris Van Dingenen.

L’étude montre également que les Belges sont motivés sans obligations légales. 26% ont déclaré que les obligations légales les motivent à rénover, mais dans ce groupe 71% ont déclaré que s’il n’y avait pas d’obligation légale, ils seraient quand même motivés à mettre en place des installations/mesures d’économie d’énergie dans leur maison.

Les installateurs sont les meilleurs conseillers pour les consommateurs

20% des Belges disent avoir déjà été en contact avec un installateur qui leur a donné des conseils sur les installations d’économie d’énergie. « Ces dernières années, nos installateurs ont déjà connu une forte croissance, passant du statut d’installateur à celui de conseiller total, capable de donner des conseils durables aux consommateurs. Cependant, nous devons continuer à investir dans le renforcement de leurs compétences, tant techniques que numériques et communicationnelles », déclare M. Van Dingenen. « Il y a beaucoup d’opportunités pour le faire, nous organisons beaucoup de formations nous-mêmes, mais 1 Belge sur 4 dit qu’il considère également que le gouvernement a un rôle à jouer pour accorder plus d’attention à l’éducation et à la formation des techniciens afin de garantir un afflux suffisant d’installateurs qualifiés. »

Install Day, le plus grand salon professionnel du secteur de l’installation

Install Day, le plus grand salon professionnel du secteur de l’installation, a attiré plus de 4 000 inscriptions cette année. Plus de 200 fabricants et grossistes en électricité, CVC, plomberie, etc. étaient présents pour présenter leurs nouveaux produits et services. Cette 4ème édition était axée sur la transition énergétique et la durabilité dans le secteur. A travers diverses présentations, notamment de Dirk Van Evercoorden (ODE), Hans Verboven (Sustacon/UAntwerp), Véronique Vens (VEKA) et Jan Caerels (Techlink), l’impact de la transition énergétique sur le secteur des installations multifonctionnelles a été mis en évidence et des conseils pratiques ont été donnés pour saisir les opportunités qu’apporte la transition énergétique.

*Enquête représentative en ligne auprès de 1002 Belges en octobre via Buffl. 


LINK2030 : une vision d’avenir sur l’impact de la transition énergétique sur le secteur de l’installation

AdobeStock_366405725
Lees het gehele artikel

Les défis climatiques nous obligent à utiliser l’énergie différemment et plus intelligemment. La transition énergétique est indispensable et apportera à notre secteur à la fois des changements profonds et des opportunités. Parce que la coopération entre fabricants, distributeurs, installateurs et sociétés de maintenance sera inévitablement amenée à évoluer au cours de cette transition, la Fédération de l’électricité et de l’électronique (F.E.E.) et Techlink ont uni leurs forces dans une étude sur l’avenir de notre secteur : LINK2030. 

Green Deal

Le point de départ de LINK2030 est le Green Deal européen, qui constitue le cadre politique visant à atteindre les objectifs climatiques pour 2030 et une Europe climatiquement neutre d’ici 2050. En Belgique, les réglementations fédérales et régionales visant à augmenter l’efficacité énergétique et la production d’électricité renouvelable, et à réduire les émissions de gaz à effet de serre, en découlent directement. Pour atteindre ces objectifs, nous avons besoin d’une nouvelle génération de systèmes énergétiques. 

Écosystème

L’Écosystème des « installations multifonctionnelles » se compose de fabricants, de distributeurs, d’installateurs et d’entreprises de maintenance technique et de gestion de l’énergie, actifs dans des domaines tels que l’électrotechnique, le HVAC, le sanitaire, la sécurisation, l’éclairage, les batteries et les appareils électroménagers.

Les fédérations F.E.E. et Techlink se sont unies pour élaborer cette étude sur l’avenir des installations multifonctionnelles et sur l’impact qu’aura la transition énergétique sur notre secteur. En effet, les tendances technologiques comme la montée des énergies renouvelables, la diminution des flux de déchets et du gaspillage des ressources, les applications high-tech, la gestion des flux de données et les applications intelligentes, qui garantiront à l’avenir des installations climatiquement neutres et circulaires, décentralisées et intelligemment organisées, et technologiquement avancées, ne sont pas les seules à déterminer notre avenir. Les interactions entre fabricants, distributeurs, installateurs et entreprises de maintenance et de gestion de l’énergie vont aussi évoluer.

Les interactions entre fabricants, distributeurs, installateurs et entreprises de maintenance et de gestion de l’énergie vont aussi évoluer.

Tendances sociétales

Les tendances à l’œuvre dans la société telles que l’évolution du profil des clients (le consommateur devient aussi un prosommateur), l’évolution vers de nouveaux modèles commerciaux (« as-a-Service (aaS) ») et la « guerre des talents » obligeront également notre secteur à se concentrer sur les nouvelles connaissances techniques et les compétences numériques. De nouveaux modèles commerciaux et de nouveaux types de partenariats seront également à explorer.

Conseil : Investissez dans la formation et le développement ! 

L’employeur tourné vers l’avenir se doit de miser sur les compétences techniques, numériques et les « soft skills » telles que la communication. Soyez attentif aux besoins des professionnels d’aujourd’hui. Il faut notamment donner des responsabilités, des possibilités de développement et veiller à préserver un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. 

Webinaire en ligne

LINK2030 a été présenté en avant-première aux membres de la F.E.E. et de Techlink lors d’un webinaire en ligne, le 18 juin 2021. 

La modératrice Hanne Decoutere s’est entretenue avec Eric Piers, directeur général de F.E.E., et Kris Van Dingenen, directeur général de Techlink, sur la manière dont ils vont aborder ensemble cette transition énergétique.

Le rapport LINK2030 est conçu comme un fil rouge et une source d’inspiration pour les décideurs politiques, l’éducation, la science et tous les partenaires des secteurs tels que la construction, l’industrie, l’eau et l’énergie. 

« La transition énergétique ne pourra jamais réussir sans un engagement fort de tout notre Écosystème. Ensemble, nous veillons à ce que les nouvelles formes d’énergie soient efficacement converties en confort abordable grâce à nos installations multifonctionnelles. Notre force unique est de pouvoir assumer un rôle global », a déclaré Kris Van Dingenen.    

Incertitude pour le PV wallon : les installateurs ont besoin de stabilité à long terme

Naamloos-6
Lees het gehele artikel

Plusieurs thèmes y ont été abordés : profil de l’installateur en 2021, évolution des ventes ces deux dernières années, compteurs communicants, perspectives futures… Il en ressort entre autre la prévision d’une chute des ventes et le besoin de stabilité des installateurs. Découvrez les principales conclusions.

Croissance en 2021

Par rapport à 2019, la majorité des installateurs n’ont pas connu de croissance de leurs ventes PV en 2020. Les premières raisons citées en sont d’abord l’instabilité réglementaire (annonces du tarif prosumer et « effet Crucke »), ensuite l’impact de la Covid-19.

Par contre, beaucoup de participants ont connu une croissance des ventes au 1e trimestre 2021, même si les ROI annoncés étaient globalement similaires à l’année précédente (7 ans en moyenne). Pour expliquer cette reprise suite à une année 2020 morose, sont cités le prix élevé de l’électricité et l’augmentation des besoins électriques résidentiels : pompes à chaleur, véhicules électriques, etc.

Compteur intelligent

Deux tiers des répondants au questionnaire recommandent à leurs clients particuliers de ne pas faire remplacer leur compteur électrique par un compteur intelligent/communicant. Ils expliquent avoir encore besoin de plus de clarté sur le dossier et témoignent d’une certaine prudence par défaut. Par ailleurs, plusieurs répondants évoquent l’importance qu’auront l’autoconsommation, l’installation de systèmes de stockage et de bornes de charge comme motivations naturelles pour convaincre les ménages à faire remplacer leur compteur à l’avenir.

Incertitude pour le futur

Sans changement notable, une grande partie des installateurs voient leurs futures ventes PV aller à la baisse, d’abord lentement jusque 2023, et ensuite de manière plus nette à partir de 2024. En cause, la progressive perte d’attractivité financière du PV, avec la fin du compteur qui tourne à l’envers et l’impact du tarif prosumer. On note également une crainte que le marché échappe aux électriciens et PME électrotechniques au profit d’acteurs plus gros (entrepreneurs, fournisseurs d’énergie).

Les répondants expriment spontanément avoir besoin de stabilité à long terme dans le secteur. La filière appelle également à veiller à maintenir un niveau de qualité suffisant dans le métier, par exemple via des exigences de qualité concernant aussi bien l’équipement, le travail d’installation et les règles de sécurité sur chantier, que la qualité des informations fournies aux particuliers. Les résultats montrent néanmoins des signes encourageants pour la durabilité de la filière PV résidentielle. En effet, s’équiper de PV est de moins en moins vu comme un ‘simple’ investissement financier et se base de manière plus nette sur le besoin du PV comme solution à des problèmes concrets de gestion énergétique.

Approche holistique

Techlink prône depuis toujours une approche holistique pour favoriser la transition énergétique. Même sans compteur qui tourne à l’envers, l’intérêt économique du photovoltaïque reste significatif. Du point de vue du législateur, cela implique d’éviter de recourir à la facilité de créer un subside à court terme comme incitant à un changement de comportement sociétal. 

« Techlink encourage les différents cabinets et administrations à continuer de consulter et d’impliquer dans les décisions les métiers les plus proches du terrain et à communiquer régulièrement vers eux. »                                                                       Kris Van Dingenen, administrateur délégué de Techlink

Nouveaux services

Généralement actif dans le PV depuis 2008 ou 2009, l’installateur PV résidentiel wallon en 2021 n’installe pas (ou très peu) de systèmes de taille commerciale et propose généralement d’autres services, comme l’installation de bornes de charge de véhicules électriques (pour la majorité des répondants).